Santé

L’avortement, un fléau qui perturbe.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Depuis un bon nombre d’années, il s’est avéré que sa pratique se fait clandestinement de manière massive et dans de mauvaises conditions sanitaires. Les options d’automédication ne manquent pas.
En milieu urbain, les gestantes utilisent des potions abortives à base de plantes médicinales. À noter qu’un comprimé est aussi réputé pour le même résultat.

Le cytotec est le nom commercialisé du misoprostol, un médicament destiné à traiter l’ulcère gastrique cependant détourné pour provoquer des avortements spontanés par augmentation du
muscle utérin à cause de sa richesse en prostaglandine. La prise de ce médicament vendu sans
ordonnances dans les pharmacies, peut provoquer la rupture de l’utérus, des hémorragies, des anomalies fœtales.

Face à l’usage trop abusif ou non mesuré de ce dernier, les femmes qui n’ont pas pu avorter peuvent se retrouver avec des bébés présentant des malformations congénitales.

L’avortement constitue l’une des causes de mortalité en Haïti. S’il est illégal, que peut-on faire des grossesses précoces et/ou non désirées sans prendre de risque ?  Dans ces cas, tomber enceinte tôt est à éviter.

Sry-Lanka Sanon
Rédactrice
Belide Magazine

Commentaire