Activité culturelleArtCulture

Je suis Gaëlle 2.0

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour cette fois, c’est en tenue de sport que Gaëlle franchit l’allée de la salle de spectacle de l’hôtel Oasis, ce dimanche 12 Mai. Accompagnée du tube du moment “Si l’ fè cho” de Loji Baby, la comédienne se donne à fond dans des exercices physiques avec deux spectateurs choisit au hasard, qui l’ont suivit jusque sur la scène. En effet, dès son entrée, c’est l’hilarité. Introduisant tout d’abord sa passion pour le sport, et sa lutte contre la drogue, la jeune femme n’exclut pas pour autant que les drogues sont diverses dans notre société. Ainsi elle met l’accent sur le pouvoir qui, selon elle, est une drogue dont ne peut se passer certains politiciens.

Et pour Gaëlle, le remède à tous les maux est sans aucun doute les “Push-Up”! Elle n’hésite pas à en faire, quelque soit la situation. Elle peint également de nombreuses réalités du quotidien. Passant par les défis à relever à la salle de sport et les differentes types de personnes qu’on y trouve, les plaintes d’une amie maltraitée par son mari, les problématiques rencontrées par les personnes dread, les chanteurs de Konpa, les conflits avec les parents, et autres.

Féministe invétérée, elle n’a pas non plus hésité à mettre l’accent sur les discriminations faites aux femmes, que ce soit du point de vue social ou politique. Mais surtout, c’est avec beaucoup d’humour qu’elle critique ouvertement les politiciens du pays. Toutefois, ces propos ne restent pas moins véridiques. Durant tout le spectacle, il a été question de sa future filleule, fille de sa très chère amie Johanne. Une filleule qu’elle veut forte et prête à affronter une société où la femme ne semble pas avoir sa place.

C’est avec une lettre destinée à la dite filleule que se termine le spectacle. Mais alors, le mot est également adressé à toutes les femmes de ce pays qui doutent de leur valeur ou qui ont peur de lutter. “Ou gen pouvwa, pran pouvwa” dit-elle d’une voix solennel. Mais la comédienne a toutefois clôturer son “One Man Show” sur une note beaucoup plus comique ; quelque secondes après, elle revient pour faire sa dernière série de “Push Up” dans la peau de sa mère.

Deux heures d’hilarité totale à peindre les tares de notre société. Si Gaëlle semble vouloir arrêter le sport, le public n’en est pas moins rassasié des séances de “Push Up” de la jeune femme. Quoi qu’il en soit, c’est avec impatience que le public attend le prochain spectacle de Gaëlle Bien-Aimé organisé par EventCity

Dashka-R. Charlemagne

Commentaire