Santé

Serait-ce le déclin du virus tueur, l’Ebola ?

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est un vent d’espoir qui se dessine à l’horizon après l’annonce d’une découverte colossale par les autorités sanitaires de la République Démocratique du Congo. Une nouvelle qui a ébranlé l’opinion mondiale, provoquant la stupéfaction chez quelques-uns tout en laissant d’autres très sceptiques. Quoiqu’il en soit, chers lecteurs, préparez-vous à recevoir la nouvelle du siècle. Pour ceux qui ne le savent pas : “On aurait découvert un traitement contre l’Ebola”.

Couramment appelé le “virus tueur”, l’Ebola est considéré comme l’un des virus les plus meurtriers de la planète avec, à son actif, un total de plus de quinze mille (15.000) morts depuis sa découverte en 1976 par le médecin Belge, Peter Biot. Sa propagation facile et rapide engendre habituellement de nombreuses épidémies dans les régions où elle sévit et ne laisse aucune chance à ses victimes. Selon l’OMS, il tuerait en moyenne environ la moitié des personnes qu’il atteint. Ces chiffres à eux seuls sont assez évocateurs de l’ampleur des dégâts causés jusqu’ici par ce simple petit organisme. Encore un fléau qui frappe l’humanité à un point tel que le 17 Juillet dernier, l’OMS l’a élevé au rang d’urgence” sanitaire mondiale.

La République Démocratique du Congo, quant à elle, reste le pays le plus touché par ce virus car elle a cumulé dix épidémies de ce genre au fil des ans ; la dernière datant de l’été 2018 est considérée comme la deuxième plus grave dans l’histoire de cette maladie. Face à cette forte recrudescence, les autorités sanitaires n’ont pas lésiné sur les moyens afin de contrecarrer cette catastrophe.

De multiples recherches ont été entreprises et le premier aboutissement a été la découverte d’un vaccin contre le “tueur invétéré” développé par l’Agence de santé publique du Canada. Administré à près de soixante-dix-huit mille (78.000) personnes dès le début du mois d’Août 2018 au Congo. Ce vaccin aurait sauvé des milliers de vies humaines, si l’on en croit le Ministre de la santé d’alors.

Cependant, l’avenir de ceux qui avaient déjà contracté l’Ebola restait incertain. Seraient-ils laissés pour compte par les autorités ? Ne pourraient-ils pas échapper à ce sinistre destin auquel ils étaient voués ?

Le 13 Août dernier, une nouvelle a ravivé la flamme de l’espoir pour ces patients. Dans l’Est de la République démocratique du Congo, deux malades ont été guéris. Fait incroyable mais confirmé par les autorités. En effet, on aurait découvert deux molécules connues sous le nom de REGN-EB3 et mAb114 qui réduiraient la mortalité du virus jusqu’à 34%.

C’est une première grande victoire pour l’humanité qui a su découvrir les “molécules de l’espoir”Il semblerait que le terrifiant virus serait en fin de compte curable. S’il est encore trop tôt pour parler d’éradication, les principaux chercheurs sont quand même optimistes et se donnent un timing de trois mois pour enrayer l’épidémie du CongoMais ils appellent quand même à la vigilance de la population mondiale

La découverte de ce traitement ne devrait d’aucune manière nous pousser à négliger les mesures de précautions préalablement établies. N’oublions pas que l’Ebola reste, quand même, l’une des plus terrifiantes infections que le monde ait connues. Surtout, retenez toujours ceci : Prévenir une maladie vaut mille fois mieux que la guérir.

Sterline Vertilus

Commentaire