CultureMode

Jerry a ancré son nom au carrefour de la culture et de la mode comme MISTER GLOBAL HAITI

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Âgé de 27 ans, Jerry METILYS BENA est un jeune Carrefourois qui a sauté le pas pour se mettre aux regards du monde.

Élevé en famille, avec l’idée d’être une lumière partout, il a bouclé ces études classiques au Collège Catherine Flon à Carrefour et a débuté ses études de gestion des PME à l’Université de Quisqueya (UNIQ) pour les arrêter deux ans plus tard. Après avoir expérimenté le poste d’agent de billetterie pour une compagnie aérienne, il s’est démarqué de sa zone de confort pour peindre son image en tant que mannequin. Il avait alors vingt ans.

Si au début il ne passait pas son temps devant une caméra pour une séance de photos, une vidéo, écouter de la musique, regarder le téléviseur ou blaguer avec quelques amis, son seul et unique autre but était de se trouver dans une séance de défilé pour permettre à tous de voir comme le mannequinat est pour lui, un mode de vie, martèle Jerry. En effet, il avoue avoir appris des notions en mannequinat dans quelques agences et en ligne.

Avec le temps, son travail et sa passion pour le monde de la mode ont fini par payer: depuis ses participations dans les Fashion Show, en passant par les tournages vidéos, une émission de télé, jusqu’à sa présente ascension comme mannequin professionnel. Du reste, son rôle d’ambassadeur Haïtien dans la Ville de Bangkok, en Thaïlande ce 26 Septembre 2019 avec le titre de Mister Global Haïti est très explicite. Ce  concours, créé par l’entrepreneur Thaïlandais, Pradit Pradinun, a pour devise « Inspiring Gentleman ». Cette formule énonce en toute intégralité la vision et la mission du défilé, plus clairement le module des hommes qui incarnent la chevalerie, la confiance, l’éloquence, le charme, et la personnalité magnétique leur permettant de se distinguer des autres.

Bercé par l’éloquence de Cristiano Ronaldo, David Gandy et Jimmy Jean Louis, le titre Mister Global Haïti de Prince Jey, est le résultat d’un casting organisé sur Instagram par Blastoonof, l’administrateur de la page missology_Haïti et le dominicain Anthony, directeur national de Mister Global de la région où l’on trouve Haïti.

Avec le support des initiateurs du dit casting, de sa famille, des maquilleurs, designers et photographes connus notamment Germain Widzor, Francisco le maquilleur ; Abiyela Collection, Xama Collection, Ayida Collection et Zacometi ; Jean Robert Duprat et Clark, il se dit prêt pour représenter Haïti dignement. Toutefois, le support des autres mannequins et du public haïtien revêt être un point essentiel pour gagner au concours soit par des votes ou par des commentaires positifs sur les réseaux sociaux, sur ses pages Instagram (officialmisterglobal), Facebook(MisterGlobal) et Twitter (TheMisterGlobal).

Quant aux perceptions des hommes face au mannequinat, il est inévitable que beaucoup voit d’un œil négatif ce secteur, pourtant c’est un métier libre, doté de multiples bienfaits et d’avantages positifs dus à d’énormes sacrifices. En outre, s’exprimant dans trois langues (Créole, Français, Anglais) Prince Jey a hâte de valoriser sa culture et la mode avec faste, et rehausser l’image de son pays. Toutefois, il compte également cheminer dans d’autres horizons afin d’être un leader conséquent, d’aider les plus démunis, de supporter les mannequins voulant poursuivre leurs rêves car il croit fort que ce secteur de la mode étant une industrie qui peut contribuer au développement durable du pays.

Tout en étant enthousiasmé de laisser le pays ce 12 Septembre 2019 pour les préparatifs et les étapes du concours, il avoue avoir besoin de supports, de sponsors puisqu’il n’a que sa famille, son manager de l’agence H509, ses supporteurs, ses partenaires et surtout Haïti pour l’avoir bercé jusqu’ici. Ainsi, nous lui souhaitons du succès en attendant qu’il soit élu Mister Global 2019 tout en lui remerciant du conseil colossal qu’il a livré aux jeunes qui est de construire l’avenir à partir du présent.

Nidger F.Judson PAUL

 

 

Commentaire